Rita Vansteenlandt

Rita Vansteenlandt

 

Rita Vansteenlandt vit et travaille à Veurne – Belgique

“Rita Vansteenlandt peint, dans le sens le plus merveilleux et le  plus honnête du terme. Ainsi, sans l´avoir vraiment voulu, elle contribue à immortaliser la noble peinture, le plein-airisme et ce qui appartient à la tradition lumineuse de l´impressionnisme. Elle peint ce qu´elle vit et ce qu´elle voit. Après une période que nous pourrions considérer comme un début, elle s´est exclusivement tournée vers la réalité qui dialogue subtilement avec le glissement du temps  et celui de son collègue et compagnon, la lumière.

Initialement, elle peignait des tableaux qui reflétaient aussi bien son émotion suscitée par l´actualité que son besoin permanent d´esthétique. Dans le premier cas elle peignait, dans des couleurs robustes et contrastantes, des toiles parfois monumentales sur des thèmes comme la liberté,la fuite, un désir de sérénité et de sauvegarde de l´innocence ou de la candeur des enfants notamment.

La figuration y était omniprésente. Ce qui frappait d´emblée, c´était sa manière ouverte de peindre,sa manière spontannée de manier les moyens qui se rapportaient aussi bien à la peinture en soi qu´à la figuration et qui, en fait s´y rapporte toujours. L´autre volet constituait en quelque sorte un antipode, dans ce sens que la matière aussi bien que le langage des formes ont servi à créer une ambiance d´esthétique, à développer un langage plastique des plus élègants, à intégrer des motifs dans un champ de raffinement et d´éclat…

Sa manière de peindre n´est pas que la reproduction, quelque impressionnante qu´elle soit, d´une réalité toujours changeante. Elle ne se limite pas à traduire une certaine monumentalité,l´obscurité surgissant de brumes fuyantes, un mur clair et ensoleillé qui contraste avec une végétation foncée, l´étincellement de flaques de neige et de taches chauves, le tremblement du brouillard au-dessus de l´eau comme un vol d´oiseau pâles volant bas. Elle traduit aussi la présence subtile de verts foncés, de blancs aux reflets bleuâtres, de lumière endossant toutes sortes de tonalités, de luminosité et d´ombre, de formes et de volumes, de réalité et de fabulation de cette réalité….”H. Brutin-2005

Formation:
Enseignement secondaire artistique, Arts plastiques, Athénée royal, Veurne (Furnes),
1982 -Enseignement supérieur artistique, Arts Plastiques, option peinture, Académie Royale des Beaux-Arts, Gent
1988 -Diplôme D (diplôme pédagogique), Institut pédagogique supérieur de l’Enseignement officiel, Brugge (Bruges), 1993-Maîtrise en Arts plastiques, option peinture, École supérieure – département Architecture, Arts audiovisuels et plastiques, Académie royale des beaux-arts, Gent (Gand),
1996 – Candidat Directions Arts plastiques, Secrétariat de l’Enseignement communal de la Communauté flamande, 2003.

Expositions :
1987      Imperial, De Panne, Belgique- MUSEUM VOOR SCHONE KUNSTEN,Oostende, Belgique
1999      Galerie Hoge Bomen, Veurne, Belgique-Open Monumentendag Vlaanderen
2000     Abdijhoeve Ten Bogaerde, Koksijde, Belgique- Belfortcrypte, Aalst
2002      Inkomhal Dienst Cultuur, BRUGGE
2003      Museume voor Schone Kunsten, Oostende- Imperial, De Panne
2005      Galerie Hoge Bomen, Veurne, Art – Karlsruhe ( Allemagne) “one artist show”,
Lineart-Gand, avec La Capitale     Galerie- Grand Palais, Brunnen, Suisse
2006      La Capitale Galerie, Paris (peintures-sculptures / en permanence)
2009      La Capitale Galerie, Paris (peintures-sculptures)

***
She lives and works in Veurne – Belgiume

Rita Vansteenlandt paints in the most beautiful and honest sense. Also, without ever wanting it, she contributes to immortalise the noble painting, the “pleinairism” of what belongs to the luminous tradition of impressionism.

She paints what she explores and sees. After a period that we would like to describe as a start,she is exclusively been busy with a visual reality that dialogues with the gliding of time and its partner, light.

First she painted works that reflected in one way her mouvemnt towards actuality,and illustrated in an other way her need to aesthetic.

In the first case she painted in strong and contrasting colours sometimes monumental paintings about freedom, running and a desire to serenity and the keeping alive of child innocence.

The figuration was intensively present. Striking was her open way of painting, the spontaneous use of mean that concern both painting and figuration. The other part was as a matter of speaking and antipode, in the way that she used material as well as from language to create an ambiance of aesthetic, to configure an elegant language of images, to integrate motives in a field of refinement and glittering.

Her way of painting is not just a reproduction, how impressing it may be, of an ever changing reality. It doesn´t only represent monumentality, darkness that rises from running haze, a clear sun-shone on wall that contrasts with the shadow of plant increase, the shattering of pools of snow and bowl spots, the shaking of mist above water like flight of low flying pale birds.

She translates also the subtle presence of greens, of whites with bleu reflects, of light of all tonalities, of illuminate and shadow, from and volume, reality and the approaching of that reality.” H Brutin – 2005