Paolo Leoncini

Paolo Leoncini

PAOLO LEONCINI (Venise, 1940)

Né à Venise, en 1940, fils aîné de Marcello, Paolo commence à dessiner et à peindre pendant son adolescence; il, ayant accompli des études humanistes, s’occupe depuis toujours de recherche critique, en particulier dans le domaine universitaire. En l’occasion de sa deuxième exposition individuelle (Udine, décembre 1974), Diego Valeri, poète et spécialiste en langue et culture française, a écrit que «dans le double action – artistique et critique – de Paolo Leoncini n’existe aucun soupçon de dilettantisme, parce que son engagement est le plus sérieux et profond, pour celui qui travaille en des tels difficiles domaines».

Les premières expositions de Paolo Leoncini à Venise datent à partir de 1971; encore à Venise, en avril 1974, il présente sa première ex position individuelle, au vernissage de laquelle – Galerie «Segno Grafico» – a pris part le  graveur et peintre franco-alsacien Henri Gôetz, l’un des plus importants parmi ceux qui ont toujours apprécié ses travaux.

Si son début est sous le signe du «blanc et noir», et ensuite arrivent les chines colorées, les techniques mélangées (chines et détrempes), aquarelles, détrempes, tableaux à l’huile, gravures, où Paolo Leoncini a voulu représenter le monde de l’experience visuelle faite avec et sur la lagune vénitienne, l’arrière-pays champêtre et colinéaire, y compris les Dolomites (l’exposition «Neo-paysages des Dolomites», en 2012, avec une présentation de Ennio Rossignoli, à Pieve di Cadore, pays natal de Titian), l’Islande, enfin Paris. Et tout cela sur le fondement des ses expériences du monde visuel, dont les origines, comme des noyaux événementielles toujours nouveaux, sont enracinées  dans sa naissance vénitienne – entre allusions naturalistes et  renvoi aux symboles archétypes, autour de la phénoménologie de ce qui existe.

Il a présenté ses oeuvres dans des  expositions collectives, et  en Italie et à l’étranger, en 2006 chez la «Light Contemporary», Londres. En 1983, un des ses paysages de la lagune a été reproduit sur le dos de  couverture  de la Foreign Literatue Review, publiée a Beijing, la plus connue revue de l’Extrême-Orient concernant la  littérature et d’art européen.

En 2010, à Venise, la «Perl’a Gallery» dirigée par Franca Sanna et Franco Batacchi, à présenté l’exposition «Une famille d’artistes: les Leoncini», consacrée a Marcello et Paolo Leoncini; en 2012, le Musée National de Oradea (Roumanie), sur l’initiative de son directeur, M. Aurel Chiriac, prépare l’exposition : «Deux peintres vénitiens à Oradea: Marcello et Paolo Leoncini». L’exposition reçoit des importantes louanges critiques, parmi lesquels se signale celle de Paolo Barbaro, écrivain dont les romans sont presque tous traduits en France.

Enfin, un livre de Domenico Carosso vient de paraître aux Éditions Effatà de Cantalupa (Turin), dont le titre est Le deux Leoncini à Venise. Pour un art de la nécessité intérieure, la reprise d’un  principe de Vassilij Kandinskij.

“L’artiste est la main qui,  par l’usage convenable de telle ou telle touche, met l’âme humaine en vibration. Il est donc clair que l’harmonie des couleurs doit reposer uniquement sur le principe de l’entrée en contact efficace avec l’âme humaine. Cette base sera définie comme le principe de la nécessité intérieure.

VASSILI KANDINSKY Du Spirituel dans l’art et da,s la peinture en particulier,Ed.Denoel-Gonthier, coll.Folio essais, 1989, p.112

2015      La Capitale Galerie, Paris “Deux Vénitiens à Paris” (Marcello et Paolo Leoncini) en permanence