Rene Basset

Rene Basset

René Basset vit et travaille à Neuville sur Ain.    Repères : 1919        Il nait à Lyon, dans le quartier de la Croix-Rousse. 1932        Il est initié à la photographie par Edouard Bron, beau pére de Théo Blanc et Antoine Demilly . Il fait ses clichés avec une petite chambre en bois à plaques. 1939        Il obtient un prix au concours Blanc et Demilly à Lyon. 1940-45  Il est envoyé aux Chantiers de jeunesse et déporté dans un camp de travail en allemand-40 1949-58  Il expose à des Salons Internationaux organisés à Lyon par le cercle d´Art Photographique. 1958        Il reçoit le prix Niepce à Paris et le titre excellence  lui est décerné par FIAP. 1959-65  Création du groupe Lyonnais, « Forme et Lumière » exposant dans différents pays. 1973        Fondation du groupe Forum. 1977-87  Salon du Sud-Est à Lyon. 1995       Il obtient le prix du Conseil G. du Rhône pour la rédaction d´un livre: Blanc-Demilly. 1996       Rétrospective ” Regards” 1935-95  60 ans de photographie-Bibliothèque Municipale de Lyon. 2000       Exposition “Transparences” maison des Arts Contemporains à Pérouges – La Capitale Galerie, Paris (expo personnelle-en permanence) 2001       Expo”Figures”, Maison des Arts Pls. Rhône-Alpes – Salon du Sud-Est, Lyon Acquisition par la Ville de Lyon 2002       Exposition ” le cabinet de curiosités », Centre d´Art Contemporain de Lacoux.- La Capitale Galerie, Paris (expo personnelle “Tête de noeuds et gueules de bois) 2007       La Capitale Galerie, Paris (expo personnelle) »mes humanisme des années 40 et 50″ 2009       La Capitale Galerie, Paris “un certain regarde » (groupe expo) Repères bibliographiques : Le piéton de Lyon, texte de Jean-Yves Loud, Paris, 1982 -” Blanc et Demilly  40 ans de photographies à Lyon”, texte de René Basset, 1995 – Regards : catalogue de l´exposition monographique, 1996. Extraits : “L´histoire de l´image” avec René Basset : “Depuis l´âge des cavernes jusqu’à nos jours, l’homme a toujours cherché à illustrer ses sentiments ou ses activités par le dessin ou l’image : peintures rupestres, gravures, toiles, fresques, lithographies forment un long cheminement par lequel, de découvertes en inventions, il arriva à la photographie. Mais que de chemin parcouru depuis les premiers daguerréotypes jusqu’à l´appareil numérique d’aujourd’hui. En véritable mémoire argentique de la photographie, René Basset a captivé son auditoire en commentant, avec des propos pleins d´humour, cette histoire de l´image vue à travers près de 200 diapositives.”Le Progrès-2003 René Basset expose ses “Regards” “Après Willy Ronis en octobre, le Centre Salvador-Allende expose un autre “monstre sacré” de la photographie : René Basset. Lyonnais d´origine, il s´inscrit parmi les grands noms de la photographie, à l´égal des Doisneau,  Kertez,  Cartier-Bresson. Soixante-dix ans plus tard, Basset n’a rien oublié de ses débuts. A 85 ans, il se souvient… Proche de la nature, il en a fait l´un de ses sujets de prédilection. Ses portraits de racines, ses visages de feuilles et ses silhouettes de brindilles sont autant  d´hommages à la création pure. Mais son oeuvre ne s´arrête pas là. René Basset  a beaucoup photographié les acteurs de théâtre. De Brasseur à Roger Planchon, il possède une collection célèbre d´une rare qualité. Son travail lui vaudra d´ailleurs le prix Niepce en 1958. Une consécration ». Lionel Cacioch-2002 La tête du  Photographe : ” Il photographie tout et la porosité de son travail, avec les interrogations de l’art contemporain s’inscrit dans une oscillation tranquille suivant la singularité du sujet photographié, son constat ou son anoblissement, la réflexion sur la restitution du fragment de réalité, tel qu’il est, tel que je le vois ou tel qu’il devrait être. Pourtant la définition serait partiale si l´on n´appréciait la sensation de l’image précédant la prise, la propension de l’oeil à percevoir l´incongru, l’incident, le minuscule, de voir là où l’on ne voit pas. La photographie devient alors un processus de captation de l’instant plus qu’un procédé de suspension du temps répondant, chez Basset, à l´écriture d’un schéma poétique précis et essentiel. » Philippe Marchado-2002 René Basset à la Capitale: “Il est le quatrième prix Niepce, après Jean Dieuzaide, Robert Doisneau et Denis Brihat. Attaché à sa ville de Lyon comme d’autres le sont à Toulouse, René Basset est devenu photographe par passion et contre la logique qui lui traçait une carrière d’employé aux écritures chez les soyeux. Il ouvre son studio en 1949, mène de front une activité publicitaire et sa production de photographie d´auteur. Plusieurs prix et distinctions ont couronné sa vision élégante du monde et du siècle, célébrée en 1996, par une rétrospective à la bibliothèque municipale de Lyon. L´établissement abrite en bonne place une Histoire de Blanc et Demilly écrite par René Basset en 1995…” Hervé Le Goff, La Photographie-2000 *** He was born in Lyon-1919 and lives and works in Nouville Sur Ain La Capitale Gallery, Paris – 2000 2002, 2006, 2007, 2009 (permanent collection) Extracts: The History of Picture with René Basset “From the cave age till nowadays, the man has always tried to illustrate his feelings or activities with drawings or paintings: rupestrian paintings, engravings, canvas, frescos, lithographs set up a long progress by which, from discoveries to invention, he got to photography. But what a long way ran from the first Daguerre photographic device to nowadays digital camera. As a genuine argentic memory ophotography, René Basset captivated his audience by commenting with humour this history of picture seen throughout almost 200 slide-reflection on how to give back the fragment of reality. »Le Progrès-2003 René Basset shows his vision “After Willy Ronis in October, The Salvador Allende Centre shows another photography « superstar”: René Basset. A Lyon- born, he lies within great names of photography, just as Doisneau, Kertez, and Cartier-Bresson. Seventy years later, Basset did not forget how he started. Eighty-five years-old now, he remembers…Close to nature, he made it one of his favourite subjects. His portraits made out of roots, his faces made out of leaves and his outlines made out of twigs are so many tributes to pure creation. But his work does not stop here. René Basset took many pictures of stage actors. From Brasseur to Roger Planchon, he owns a famous collection of a rare quality. His work was awarded by le Prix de Niepce in 1958- a consecration. » Lionel Cacioch- 2002 The Photograph’s Head “He photographs everything, and the porosity of his work, which contains the contemporary art interrogation, lies within a calm oscillation following the singularity of the subject photographed, following the it is, as I can see it or as it should be. However the definition would be biased if we did not appreciate the feeling it gives of the picture before it is taken, the propensity of the eye to catch the ill-placed, the incident, the minuscule, the propensity of the eye to see where we can not see. The photography then becomes a process of catching up the moment rather than a process of breaking off time and this in Basset’s work, answers to the writing of a precise and essential poetical sketch.” Philippe Marchado- 2002 René Basset is in the Capital “He is the fourth Niepce award, after Jean Dieuzaide, Robert Doisneau and Denis Brihat. He feels attached to his town Lyon, just like others would be attached to Toulouse. Passion made René Basset a photograph when logic would have made him a ledger-clerk in the silk industry. In 1949, he opened, his own studio, ran advertising business and his own art photography production at once. His stylish vision of the world and of the century was crowned by many distinctions and awards. And this vision was celebrated by a retrospective in the city of Lyon Library, in 1996. The place shelters a well-placed History of Blanc and Remilly written by René Basset in 1995… » Hervé  Le Goff, La Photographie 2000            

voir l’expo/see the exhibition-2009