Jean Pierre Cornet

 Jean Pierre Cornet

Jean Pierre Cornet

Né le 1 août 1938, vit et travaille à Paris
Deux Vies mêlées : architecture et peinture

Architecture

1958-68        Etudes d’architecture  à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts  de Paris
1969-70        Atelier de Louis I Kahn ,Université de Pennsylvanie , Philadelphie USA
1970-73        Expérience  professionnelle à New York :Davis-Brody, Skidmore Owings et Meril
Voyages à travers les USA, Mexique, Asie
1975               Création de son agence  d’architecture à Paris
Nombreuses réalisations de bâtiments publics et logements sociaux
Recherche d’une architecture en concertation avec les utilisateurs  et en dialogue avec les lieux.
1980-2005   Enseignant à l’école d’architecture de Paris-la-Seine

Peinture
 1960             Rencontre Jean Bertholle et ses amis, en particulier Hans Seiler qu’il fréquente
sans interruption  tout au long de leur vie.
1970-1973    Premiers contacts avec collectionneurs aux USA

Expositions
1962             Galerie Simone Heller à Paris – 9 élèves de Bertholle
1965             Maison de la Culture de Vanves
1980             La Galerie – Geneviève Thévenot à Paris , avec JPAncel
2000            Le Temps de Voir – Geneviève Thévenot à Maillot : « Autour de Seiler »
2013             Meg Cohen Design à New-York
2016             Meg Cohen Design à New-York
2017              La Capitale Galerie, Paris-exposition personnelle

“Chacune de ces peintures est basée sur une émotion ressentie au hasard de la vie quotidienne — à l’intérieur, à travers la fenêtre, le long des quais de la Seine, dans les rues et les jardins de Paris.
C’est une forme de journal.

Les flâneries et retours vers certains lieux aimés : les plages du Nord, la Bourgogne, la Hollande, Venise, New York, ou le Nouveau Mexique, sont des sources inépuisables d’émotions.

Cette peinture, figurative, tente de communiquer une atmosphère liée à ces émotions. A partir d’un réalité riche et toujours présente, elle tend à devenir plus concise et plus allusive.

La vie de l’architecte a parfois contraint le peintre à s’exprimer par des aquarelles rapides, mais elle a enrichi une même sensibilité à travers deux vies complémentaires.

Maintenant, la vie du peintre retrouve son intensité, accompagnée par le sourire des petits-enfants.”