Isabelle Melchior

Isabelle Melchior

Isabelle MELCHIOR Etudes et formation

1971        Diplôme de l’Ecole nationale supérieure des Arts Appliqués-Paris
1973        Prix de dessin David Weil – Académie des Beaux Arts
1975        Diplôme de l’Ecole nationale supérieure des Beaux Arts-Paris Dessin : atelier de Marcel Gili Peinture : atelier d’Augereau Sculpture : atelier de César
1980/1981 Pensionnaire à l’académie de France à Rome

Expositions personnelles :

1981         Villa Médicis Rome 1982         Salle d’exposition, Mairie de Montereau, France1983         Atelier de l’architecte Laurent Coulon, Paris 1984         Galerie Georges Bernanos, Paris 1989         Institut français de Prague 1990         «Dessins et pastels réalisés à Prague » Galerie Anne Blanc Paris 1er 1991         «10 années de peinture et sculpture »Galerie Saint-Paul, Paris4ème 1992          Galerie La Manne, Redu, Belgique 1993         «Peintures-Sculptures-Dessins » Galerie David, Lyon2ème 1997         «Les Portraits de Jean» Galerie J.Estève,Paris-Hôtel Beury, Champagne-Ardenne, France 1998         «Au Torrent de la vie » Espace Gainville, Aulnay sous Bois 1988-2017  Galerie Timothy Tew, USA 2017          Exposition personnelle «Peintures-Sculptures-Dessins » La Capitale Galerie, Paris-(en permanence)

Expositions collectives :

1976         «Dessins » Ecole des Beaux Arts,  Clermont Ferrand 1978          « Dessins »Ecole des Beaux Arts, Paris 1982-3       Salon de Mai 1984          Tendances contemporaines  galerie Bernard Zurcher, Paris 1986           Salon des Réalités Nouvelles-M. de la poésie, Paris- Galerie Claude Ovadia, Paris Galerie Anne Blanc, Paris 1987-88    Salon de la Jeune Peinture,  Paris «Fusains-gouaches-sculptures » Galerie Anne Blanc, Paris 1989          «Spectrum 89» Hunter Muséum Chattanooga, USA-Le personnage/son double,Ambassade de France,Prague 1990          «Melchior et Talcoat » Galerie de Bohême Orientale, Pardubice, Tchécoslovaquie 1995          «Le corps en personne» sculpture contemporaine, St-Ouen l’Aumône 2000         «Dessins 79-99 » Galerie Tew 2004          Maison de l’Unesco, Paris 2008          Galerie Caroline Poirier, Beaumont en Auge 2009          «Expression Libre» Galerie A. Guiet, Paris-«Autour du Nu»Musée des Bernardins, Pont l’Evêque, Normandie 2014           Salon des Réalités Nouvelles 2015           Salon d’Art de Bourges «13 peintres»-Galerie Abstract Project «Différences » 2016           Villa des Arts  « Petites galerie Grand formats » 2016           Exposition    Treize peintres au Fort Rammenkens- Pays Bas

Illustrations :

1979          10 gravures sur bois pour L’EAU RUANTE d’Yves Bergeret, Edition Chambellan 1981-88     Illustrations dans les Cahiers du Confluent 1984          3 gravures sur bois pour deux personnages d’Yves Bergeret, Edition Cahier du Confluent 1986          3 pointes sèches pour ITALIES de Jean-Noël Vuarnet, Edition Cahiers du Confluent 1989          Revue Poésie 89 n°23 1991          2 dessins et 2 pointes sèches pour Mozartiana de Vladimir Holan, traduit par Yves Bergeret et Jiri Pelan, Edition Fata Morgana

Théâtre : 1991   8 peintures de 3 mètres sur 2 pour HANJO de Mishima, mise en scène de Béatrice Houplain

Bibliographie : «Dessin, pastel et aquarelle dans l’art contemporain » par Gérard Xuriguera Edition Mayer 1987 « Figuration et Abstraction dans le dessin et la peinture » de Daniel Lacomme Paris Bordas 1994

Extraits : « Tournent les astres sur eux-mêmes, indifférents au grand mouvement qui les emporte… « Je est un autre », disait Rimbaud. Les arts, la peinture, ainsi, se sont inscrits dans ce gigantesque mouvement de déréalisation : la subjectivité, seule, faisait loi. Et pourtant, quelques individualités – réelles- ont su se départir d’une évidence qui ne reposait que sur de fragiles succès… Ainsi peu à peu, avec modestie mais aussi avec une véritable ténacité, quelques peintres dont Isabelle Melchior ont osé briser un tabou, oublieux dans un premier temps, de leur identité propre, ils ont affronté le redoutable héritage qui va – approximativement – du quattrocento au baroque. C’est alors qu’est revenue dans une évidence primordiale, la force du « sujet ». Ainsi la peinture retrouve ses lettres de noblesse pour une véritable échappée spirituelle qui nous concerne tous.   Michel Devillers