Guillaume Beaugé

Guillaume Beaugé

Guillaume Beaugé vit et travaille à Paris

Né en 1944 – Val de Loire, vit et travaille à Paris, Carcassonne

Entre aux Beaux-arts de Paris en 1966.
Travaille en dessin avec Roger Plin et en peinture (art monumental) avec Jean Bertholle.
Diplômé de l´école en juin 1991. Etude “classique” de la figure, du portrait, du paysage, menée parallèlement à la composition et au collage.
1971/72  période de nus bleus collages, huiles – 1972/76 période de bas-reliefs en bois peint – Atelier Louis Nallard
1976/78 Prix de la Casa Vélasquez, pendant deux ans, travaille le paysage en Andalousie Tolède 1978 Prix Wildenstein d’Académie des Beaux-arts.
1980/81 Boursier des Affaires étrangères en Grèce (Gouvernement français) 1981 Installation d´un atelier d´été en Ardèche, travail sur nature 1982/84 Exposition collective : Hommage à la Grèce, ambassade  de Grèce, Paris.

Salons : Réalités Nouvelles, Jeune peinture, Jeune expression

Expositions (sélections)
1990/92/94  Exposition, Galerie Peinture Fraîche, Paris
1995        Exposition “Grottes et Lyres” avec le  sculpteur F. Dimech, Espace 23, Paris
1996        Réalisation d´une commande à l´Hôpital Claude Galien à Quincy-Sous-Sénart
1997        Exposition personnelle, Galerie Peinture Fraîche, Paris
1999        Exposition, Orangerie du Centre Culturel de Sucy-en-Brie
2000       Exposition, CROUS, Paris,
2001        Galerie Peinture Fraîche, Paris
2002       Exposition, Fondation Taylor, Paris
2004-05-10  Exposition personnelle, La Capitale Galerie, Paris (en permanence)
2012-13-14-15   Exposition personnelle, La Capitale Galerie, Paris

Participation des foires- Lineart – Gand,  Art Karlsruhe, Karlsruhe (Allemagne)
Salon des Réalités Nouvelles Parallèlement, Guillaume Beaugé anime divers ateliers de peinture à Paris et en région parisienne.

Extraits :
“Grâce à sa réflexion et son étude du paysage, grâce à l´installation de son atelier en 1981, en Ardèche, pays de montagnes, grottes et torrents, Guillaume Beaugé retrouve l´esprit du paysage en atelier…

Chaque année, ces études sur le torrent et les grands symboles naturels, permettent le ressourcement et favorisent le travail d´hiver de la composition en atelier.»Claude Regard

“Ce peintre ne s´est pas écarté de sa route depuis l´obtention de son diplôme de l´école des Beaux-arts de Paris en 1991. Il est peintre dans l´âme. Il faut dire que ses maîtres étaient des modèles dont il ne pouvait trahir l´enseignement, qui recelait des secrets féconds.
Jean Bertholle et Louis Nallard ont su approfondir son appétit créateur. Le prix de la Casa Vélasquez et le prix de Wildenstein sont des étapes qui scandent un parcours et qui témoignent d´un engagement profond.

Ses oeuvres récentes qui exaltent la nature, expriment sa passion pour son art.

L´artiste procède en deux temps. Il travaille d´abord sur le motif en s´imprégnant rythme comme des cadences de grands moments cosmiques, que son crayon ou son pinceau arrête dans des séries de dessins et d´aquarelles. Les vides, notamment le blanc de la feuille introduisent des respirations…

A l´atelier, l´affrontement avec les toiles est différente. La matière est prioritaire.

Le pinceau entreprend un face à face avec la couleur, malaxée, forcée, jusqu´à lui faire rendre la lumière.
Le sujet disparaît presque pour ne laisser que ses pulsions originelles auxquelles il donne une structure. Les sillons ordonnent des itinéraires, les frondaisons s´entremêlent dans une vision généreuse. Le mystère sylvestre, les chuchotements telluriques, la grande mouvance végétale nous livrent des beautés soupçonnées dans ces peintures lyriques et intensément maîtrisées…”Lydia Harambourg, Critique d’art, Gazette de l.Hotel Drouot

“Le travail pictural de Guillaume Beaugé se compose de deux activités essentielles et complémentaires. Le travail d´atelier ou composition et l´étude sur nature généralement en extérieur sur paysage… Après avoir conduit de longues années, des études classiques sur la figure et le paysage, Guillaume Beaugé n´a pas pour autant cesser cette activité.
L´étude sur nature est alors le temps de l´engrangement et de la moisson; études non directement exploitables mais permettant une accumulation de sensations, une imprégnation nécessaire, permettent d´enrichir l´intériorité…

Le travail d´atelier permet la confrontation sur la surface même, et peut évidemment prendre place comme épreuve décisive, car si le sujet est inclus en filigrane, c´est bien l´expression personnelle et si possible le style qui doit l´emporter…” Claude Regard

« L’émotion du paysage n’est pas l’émotion picturale… On peut trouver beau  et intéressant un paysage; celui-ci ne voudra pas forcément entrer (ou rentrer !) dans la peinture, car le paysage peint n’est pas le paysage vu…

Le paysage peint est celui qui a choisi le peintre pour exister- Il est paysage de la sensation intérieure, plus que de la vision: il s’impose au peintre  et peut l’obséder. Il est le champ du ʺsentiʺ, plus que du  ʺvuʺ, son apparition peut-être soudaine capricieuse…il peut se tarir et disparaître comme il est venu…

Il s’impose au peintre, car celui-ci a besoin de lui pour se réaliser, explorer, non pas sa vision du monde, mais sa sensation du monde…
La peinture est le senti du monde, plus que son aspect… » Guillaume Beaugé – juin 2010

***
He lives and works in Paris

This painter belongs to the current ” Ecole de Paris”.
His usual techniques are sketching and painting (on papar, wood, canvas…)

Residing near Paris and in the Cevennes (part of France´s mountainous Massif Central), this painter, far from avoiding contact whit reality, and especially, nature in the wild, work whit it.

In his studio in the Ardèche region, Guillaume Beaugé works on the themes of floodwaters, mountains and grottoes, and tries to express his inner world simultaneously, thanks to this return to his roots.

Classic studies art Paris Ecole Nationale des Beaux-Arts from 1966 to 1972.
The Casa Velasquez Award from the institut de France in Madrid from 1976 to 1978.
The Wildenstein Award of the Academia des Beaux- Arts in 1978.
La Capitale Gallery, Paris – 2004 (permanent collection)

Extract :
“This painter has not deviated from this chosen path since earning his diploma at the Ecole des Beaux-Arts in Paris in 1971. He has the soul of a painter. He must said that it would be impossible for him to betray his teachers, who provided instruction full of rich secrets. Jean Bertholle and Louis Nallard knew how to develop his creative appetite.

The Casa Velazquez Award and the Wildenstein Award are milestones that mark a career and show poof of a deep commitment. His recent works, which exalt nature, express his passion for his art. The artist proceed in two phases. First, he works on the theme, absorbing the rhythm like cadences of a great cosmic movement, a movement seized by his pencil or brush in a series of sketches and watercolours. Empty spaces, spcially the white of a sheet of paper, introduce pauses for breathing.

In the workshop, the confrontation whit the canvas is different. Matter is all-important. The brush begins a confrontation whit colours, kneading it, forcing it to give up its light. The subject almost disappears, leaving only his basic impulses to which he gives a structure.

Furrows give order to itineraries,sections of foliage intertwine in a generous vision.

The mystery of the woods, the whispering of the eart, the great flux of plants yield us unsuspected beauty in thess lyrical and highly accomplished paintings”.  Lydia Harambourg,  art critic, La Gazette de l’Hôtel Drouot

voir l’expo/see the exhibition-2017

voir l’expo/see the exhibition-2015

voir l’expo/see the exhibition-2013

voir l’expo/see the exhibition -2012

voir l’expo/see the exhibition-2010

voir l’expo/see the exhibition-2009

 voir l’expo/see the exhibition-2005