Guillaume

Guillaume

GUILLAUME (1954-1980)

Des son age, Guillaume évolue dans un univers artistique qui modela sa brève existence. Son père, le peintre Jacques Doucet* et sa mère  Andrée Rouvel, céramiste, auteur de ces lignes, travaillent et vivent à Vitry dans le Val-de Marne. Atelier est ancien garage, relié à une charmante maisonnette située dans le fond d’un jardin. A trois ans, Guillaume est déjà fasciné par la découverte du monde inconnu qui l’entoure.

L’argile qu’il me voit travailler, modeler, l’attire, le séduit. Guillaume réalise toutes sortes de petits animaux, de petits personnages avec un sens aigu de l’observation. Son père perçoit tes vite ses dons et son goût déjà affirmé pur l’arts. Il le confie adolescent à son ami peintre et graveur André  Marfaing avec le quel il apprend les rudiments de la gravure.

Puis Guillaume quitte le collège pour entreprendre des études à l’Ecole Boulle. Ensuite, il est admis brillamment à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts dans  l’atelier de métal (avec Bernard Perrin) et celui de gravure (avec Bernard Dorny).
Le caractère de Guillaume se forge au contact des  matières différentes avec lesquelles il s’affronte. Il réalise ses premières  sculptures. Il soude avec dextérité tous les éléments qu’il aime y intégrer :

Matériaux de récupération, rouage d’instruments, pièces de vieilles machines à écrire, de piano… et éléments en bois.

Vers l’age de seize ans Guillaume se rend en Mongolie, parcourt le Maroc et le sud de l’Italie. Pour arrondir son argent de poche et celui de ses voyages, il participe aux vendanges en Bourgogne, travaille à la Seita.
Il tresse des tapis très inventifs avec des lanières de tissus tout en continuant la gravure, tandis que son travail de sculpteur progresse.

Doucet apprécie les réalisations de son fils et lui dédie un poème à l’occasion d’une série de gravures que Guillaume intitule Horloge anti-temps.

Il  participe au Salon de Mai en 1973 – 1974, Salon de la gravure à Levallois-Perret en 1976, Festival d’Art d’Auvers-sur -Oise en 1979, à « Gravure 79 », galerie de Neuilly et la même année au Centre régional d’Art contemporain, Châteaux du Tremblay à Fontenay dans L’Yonne, à « Jeunes sculpteurs », ville de Caen en 1980.

La mort l’arrache brusquement du monde terrestre en mars 1980.

Guillaume allait avoir vingt-six ans.

Des sculptures et des gravures ont été exposées en juin 2001, Galerie Guigon à Paris
Une sculpture est présenté par le revue Midi au 11° Salon de la Revue,  octobre 2001

Sculptures et gravures ont été exposées du 11 décembre -12 au 5 janvier 2013, La Capitale Galerie à Paris +

Avec apparition du livre de Andrée Doucet ” Ce que je voudrais te dire” Edition Galilée.

 

voir l’expo/see the exhibition-12