Gérard Gosselin

 

Gérard Gosselin

 

“peintures, dessins”

 

du 7  au 26 juin 1999

from 7 to 26 june 1999

Gérard Gosselin vit et travaille à Saint Etienne du Rouvray

Gérard Gosselin nait à Quettehou dans le Manche en 1933. Son père est charron, sa mère couturière.
Très jeune il peint des paysages, puis travaille d´après Delacroix, Rubens, Léger, Picasso, Juan Gris…

En 1951, il expose pour la première fois, invité par l´école des Beaux-Arts de Cherbourg au Salon de l´Ecole Française à Paris. L´année suivante il participe à l´exposition des artistes de Basse Normandie à Saint Lô où il présente ” l’ouvrier mort” le premier tableau qu’il vend. Marcel Gromaire dont il découvre  l´oeuvre à Paris
en 1957,  l’impressionne par son travail très structuré; les toiles de Gérard Gosselin s’orientent alors vers une
forme plus construite.
En 1963, Gérard Gosselin crée l´Union des Arts Plastiques de St. Etienne du Rouvray, cette association dont il est président jusqu’en 2001, regroupe une cinquantaine de peintres de la région rouennaise.

En 1970, avec Kijno, c’est une longue amitié qui commence, amitié ponctuée de discussions passionnées sur la création,
la signification de la peinture, la culture, le travail du peintre, l´engagement de l´artiste dans la vie.

Cette rencontre est déterminante pour sa vie de peintre, elle l´incite à aller toujours plus loin dans ses expériences. Gérard Gosselin se crée un vocabulaire plastique dont les signes se développent vers une abstraction de plus en
plus gestuelle. Le corps féminin et les éléments telluriques (eau, air, feu…) sont la source de sa peinture qui par un lent processus rejette les formes figuratives.

“Le geste flamboyant de Gérard Gosselin” Raoul Jean Moulin

“Dans une vie , qu´est ce que vous pouvez gagner? Rien de mieux que le désir de vous battre ” Edouard Pignon
En années 2000, il utilise le carton ondulé, travaillé en larges aplats de peinture et en longues déchirures, collé sur la
toile peinte ou sur des tissus imprimés.
Dire sur la peinture de G. Gosselin c´est devenir le mouvement du torrent, des nuages, c´est connaître les émotions, la sensualité, la révolte, la vie dans toute sa violence et ses joies.
C´est partir voyager dans la couleur, c´est aussi faire silence pour saisir toute la profondeur, intériorité d´intérieur
d’un rouge. C´est découvrir un monde, connaître une vision.
A pleines couleurs, l´oeuvre de Gosselin est vaste, abondant. C´est une épopée d´une fulgurance inouïe.
Travaillée par thèmes qui deviennent souvent des séries développées jusqu´à leur terme… François Féret

Expositions récentes :
1967-69-72  Galerie Menuisement, Galerie Wet D Cordier, Rouen
1986         Galerie l´Art et Paix, Paris
1991          Musée Novaia-Kakhovka, Ukraine, Hôtel de Ville Bonneuil S / Marne
1992          Musée Taras Chevtvhenko, Kiev (ukraine), Galerie Königstrasse, Dresde (Allemagne)
1996          Galerie Lieu-dit, Rouen,  Hôtel de Ville, Maromme
2004         Rétrospective, Saint Etienne du Rouvray
1999-09    La Capitale Galerie, Paris (expo personnelle -groupe expo “poétique du regard”-1960-80)