Francine Ledieu

Francine Ledieu

Francine Ledieu

Née à Paris en 1931, elle vit et travaille à Paris
1950-1951 élève au centre d´Art Sacré (Paris), atelier de Maurice Rocher, Jacques Le Chevallier.
1982 -1983 élève à l´académie St Roch (Paris), atelier de Jean Bertholle.

 Expositions :
1957/66   Böblingen, Allemagne –
1962,       Galerie du Colisée, Paris
1963        Salle St. Henri, Pontoise (vitraux )
1969        Eglise St Pierre des Louvrais, Pontoise (vitraux)
1973        Groupe scolaire Jean Moulin, Pontoise (mosaïque)
1989 /93 /99  Maison Mansart, Paris
1996        Ardèche, Eglise romane de Balazuc
1997        G. Etienne de Causans, Paris
1998       La petite Galerie, Paris – Le cadre noir,St. Valery S/Somme
2001/04/07  La Capitale Galerie, Paris

Extraits :
“Le travail de cette artiste discrète dévoile une sensibilité à fleur de papier. Des dessins aquarellés accompagnent des huiles peintes dans une matière tout aussi transparente. Un réseau de lignes arachnéennes  tisse une architecture qui ouvre un espace sur une succession de plans ou au contraire le ferme. Francine Ledieu retranscrit le monde à l´image de sa perception. Elle redistribue les données visuelles et sensitives. Intérieurs et paysages murmurent un mystérieux langage.
Nous entrons dans cet univers avec un plaisir renouvelé.” Lydia Harambourg, Gazette  H.D., 1998

“Dessinateur, aquarelliste et peintre, Francine Ledieu est à l´écoute de la respiration du monde. Dans l´intimité et le silence de l´atelier, elle confie à de simples feuilles et de petites toiles les traces de la vie, les empreintes de ce qui l’a émue. Ses scènes anodines et simples s´inscrivent dans le fil du temps. Elles évoquent des gestes oubliés, des petits riens d’une réalité rêvée ou d´un rêve éveillé.

Ce travail révèle un regard aigu, un geste sûr et juste. En quelques traits ténus ou bien appuyés par un pinceau trempé
d’encre, l’expression est saisie. Les volumes jouent des vides, des ellipses et acquièrent une densité donnée par la seule valeur du papier.

L’emploi subtil des couleurs emmène lumière et modèle. L’oeuvre se déroule comme un journal. Les notations quotidiennes forment une musique de chambre que Francine Ledieu pratique depuis de nombreuses années. Celle qui
s’initia auprès de Jean Bertholle a appris à faire chanter les nuances dans une composition équilibrée et un dessin égal à son expression”.  Lydia Harambourg, Gazette de l´hotel Drouot, 2001
***
Extracts :
Francine Ledieu
She born in Paris – 1931, is living and works  in Paris
1950-1951      Student at ” Centre d´art sacré” – Paris, in Maurice Rocher´s studio.
1982-1983     St. Roch Academy – Paris, jean Bertolle´s studio.
Exibitions :
1957/66    Böblingen ( Germany)
1962          Colisée Gallery – Paris
1963          St. Henry Hall, Pontoise ( France ), staindes glass windows
1969          St. Peter des Louvrais Church, Pontoise, staindes glass windows
1973          School complex , Jean Moulin, Pontoise (mosaic)
1989/93/99    Maison Mansart, Paris
1996          Roman Church, Balazuc ( Ardéche )
1997          E. de Causans Gallery, Paris
1998          La Petite Galerie, Paris – Le Cadre Noire, St. Valery-sur -Somme
2001/04/07  La Capitale Galerie, Paris ( permanent exibition )

Press extracts :
“The work of this discreet artist reveals paper-deep sensitiveness, water colour drawings accompany oil paintings, which posses the same transparent approch. A network of cobweb lines from an architecture that opens up space into a sequence of plans, or to the contrarry, shuts them in. francine Ledieu transcribes the world to her own perception. She redistributes the visual and sensitve data. Interiors and landscapes whisper a mysterious language. We entrer her universe with enchanted pleasure” Lydia Harambourg- Gazette H.D. / 1998

“Drawer, watercolourist and painter, Francine Ledieu is attentive to the world´s breathing. In the intimacy and silence of her workshop, she entrusts to simple leaves of paper and to small canvasse, trace of life, the imprints of what moves her. Her anodyne and every-day scenes of life inscribe themselves in the fleeting of time. They evorke forgotten gestures, insignificant things of dreamed realitys or of awakened dreams.

Her work reveals at a sharp glance, a sure and fair gesture in only a few subtle strokes or a good pressure on an ink brush, the expression is convened. The volumes play with space, the ellipses acquire a certain density, due to the value of the paper used. The subtle use of colours brings up light and model. The work becomes a “newspaper”.

The every day notations are like chamber music, that Francine Ledieu has been useing for many years. She who was initiated by Jean Bertholle, has learned how to make the best of lights and shades in her balanced compositions, and in her drawings so near to her personality” Lydia Harambourg,Gazette de l´Hôtel Drouot / 2001


voir l’expo/see the exibition-2009

Catalogue -2004