Jean Bertholle

Jean BERTHOLLE

(1909-1996)

“peintures, dessins, gravures”

 Reporté au printemps 2017


Vernissage 

à partir de 18 heures


 

Jean Bertholle (1909-1996) est considéré comme l’un des représentants majeurs, auprès de ses amis Bissière, Le Moal ou Manessier, de la Nouvelle Ecole de Paris qui se cristallise dès avant-guerre, s’affirme dans les années 40 et connaît son épanouissement à partir de la décennie suivante.

Refusant à la fois le réalisme et l’abstraction formelle, décorative, son œuvre se développe comme la reconnaissance de l’invisible qui est au cœur du visible. A travers une déréalisation des formes comme des couleurs et l’introduction d’éléments indistinctement symboliques Bertholle procède dès 1936 à la construction d’un nouvel espace, fantastique ou onirique.

Après guerre, des motifs héraldiques teintent son « surnaturalisme » d’une résonance médiévale diffuse. L’exploration de leur syntaxe achemine Bertholle vers une non-figuration dont les structures, d’abord fermement marquées, laissent place aux purs affrontements cosmiques de la Lumière avec l’Ombre. Au long des années 70 ces rythmes se rematérialisent autour du « symbole solaire » du Cheval.

Dans la suite de son itinéraire anticonformiste, Bertholle, imagier métaphysique, reprend possession de l’ensemble des genres de l’histoire picturale, des thèmes bibliques aux paysages, natures mortes et nus qu’il articule de façon inédite. Ses dessins, comme ses peintures ou gravures, sont chaque fois « un appel au silence », confiait-il peu avant sa disparition, « et cet appel est aussi appel à la méditation ».

Ses œuvres sont présentes dans de nombreux musées en France comme à l’étranger.

                Michel-Georges BERNARD